THÈME D'ANNÉE

 

« POUR UN ACCUEIL PLUS FRATERNEL »

 

En communion avec notre diocèse qui a lancé la Démarche Missionnaire Synodale, nous avions, au cours de l’année pastorale 2017-2018, choisi comme thème d’année l’ACCUEIL.

Dans la même logique, nous choisissons comme thème pour cette nouvelle année pastorale 2018-2019 « POUR UN ACCUEIL PLUS FRATERNEL »

La communauté paroissiale est un lieu d’amitié et de fraternité autant que la famille, le quartier, le village ou la ville, le pays, etc…

Le thème de cette année interpelle donc notre engagement, au sein de notre communauté paroissiale de Franconville, dans les services et mouvements d’Eglise… Nous pouvons faire transparaître ce thème d’une façon concrète dans nos activités paroissiales, dans la transmission de la Parole de Dieu, dans la prière, dans la célébration des sacrements d’Eglise et des étapes de la vie, etc… Pour nous aider à bien vivre ce thème, je vous propose des critères de discernement tirés de la revue Famille Chrétienne N°2121 du 8 au 14 septembre 2018, Propos recueillis par Bénédicte de Saint-Germain :

« Quels sont les critères d’un bon discernement ? J’en vois trois.

Tout d’abord, l’engagement doit être une réponse à un appel de Dieu. Une chose est de faire les choses pour le Bon Dieu, autre chose est de faire ce que Dieu attend de moi. Je ne m’engage surtout pas pour combler un manque de reconnaissance sociale ou pour avoir du pouvoir.

Ensuite, il doit être compatible avec mon devoir d’état. Si mon engagement me fait fuir les moments d’intimité que je dois avoir avec mon mari ou ma femme, ou encore mes tâches familiales, ce n’est pas ajusté.

Enfin, cet investissement de mon temps, de mes forces, de mes capacités, ne doit pas être une agitation, mais doit permettre une progression de ma vie spirituelle. La vie spirituelle passe par la charité. Cette charité est d’ailleurs un très bon critère pour nous donner la température de notre vie spirituelle.

Comment savoir où Dieu nous appelle ?

En prenant conseil auprès de sa femme, de son mari, des personnes qui assurent déjà le service. Et de son curé. Nos proches peuvent d’abord nous aider à prendre du recul sur nous-même, sur nos capacités comme sur nos limites. Mais c’est aussi par eux que dieu pourra faire passer son appel. Enfin, après ces consultations nécessaires des proches, il ne reste plus qu’à s’en remettre totalement à Dieu. Avec une certitude : si le choix que je suis en train de prendre me met dans la paix et dans la joie, c’est bon signe. Nous pouvons Lui demander de nous donner la grâce de nous engager sans peur, sans crainte et sans fausse humilité, et de porter un fruit de charité pour l’église et pour la communauté. »

                           Père Cossi Denis AVIMADJENON, Curé

 

 

 

Messe de rentrée pastorale

Dimanche 30 septembre 2018  

 

Dans l'église Notre Dame des Noues

 

Homélie prononcée par Père Sébastien THOMAS

 

 

La prière d’ouverture de cette messe nous affirme que la preuve suprême de la puissance de Dieu, c’est sa patience et sa pitié pour nous.

Dieu nous laisse le temps de faire le bien, pour que nous cheminions vers la vie éternelle. Mais nous, que faisons-nous de ce temps ? Comment allons-nous organiser notre année en gardant comme objectif d’entrer dans le Royaume de Dieu.  

Les lectures de cette messe sont claires : il nous faut éviter trois écueils. L’esprit de concurrence réfuté par Jésus dans l’évangile, la jalousie de Josué dénoncée par Moïse dans la première lecture et l’injustice condamnée par saint Jacques dans la deuxième lecture, voilà les trois tentations dans lesquelles nous ne devons pas tomber - ni dans nos activités paroissiales, ni dans nos professions, ni dans notre famille. La charte du Seigneur est sûre, nous dit le psaume : il nous faut aimer Dieu et notre prochain comme nous-même.

Durant cette année pastorale, si nous voulons construire une communauté missionnaire et fraternelle, il nous faut lutter sans relâche contre l’esprit de concurrence, la jalousie et l’injustice ; et ce combat se situe d’abord en nous. Pour cela, trois moyens à retenir : s’engager, accueillir et offrir.

S’engager pour faire vivre la communauté, lui donner du temps, de l’énergie et nos talents.

Accueillir les nouveaux venus - et d’abord les catéchumènes et les jeunes.

Offrir tout cela à Dieu enfin, pour ne pas en rester propriétaires sous peine d’orgueil ! 

C’est ainsi que nous pourrons construire une communauté paroissiale missionnaire et vraiment fraternelle. 

                                   Père Sébastien Thomas 

 

 

 




Pour connaître les actualités de la paroisse de Franconville et les annonces, cliquez ici

Pour connaître les horaires des messes et offices, cliquez ici


La feuille paroissiale est en ligne

Télécharger
Feuille paroissiale du 17 février 2019.p
Document Adobe Acrobat 334.8 KB

L'équipe sacerdotale


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

       

  Père Cossi Denis AVIMADJENON, Curé   

Ordonné prêtre le 6 août 1997, Curé de la paroisse de Franconville depuis septembre 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 Père Éric Paul GOMA, Vicaire 

Ordonné prêtre en 2004 à Kinkala, Congo Brazzaville, Vicaire depuis septembre 2017

 



EDITORIAL DE LA SEMAINE

 

Dimanche 17 février 2019,

6ème Dimanche du temps ordinaire

Année C

 

LES BEATITUDES

Jésus nous présente les béatitudes comme le chemin pour être heureux et donner sens à notre vie. Cependant, force est de constater que sa conception du bonheur est bien éloignée de celle à laquelle nous aspirons, faite de jouissance immédiate et satisfaction personnelle. Notre nature humaine est limitée dans le temps et pour avoir « notre récompense » en ce monde c'est-à-dire pour obtenir gloriole, joie personnelle ici et maintenant, nous avons cette soif abyssale, jamais comblée, du « toujours plus » ... plus d'argent, plus de biens, plus de reconnaissance, plus de consommation etc... Paradoxalement, ce « toujours plus » est la marque d'un désir d'éternité inscrit dans le cœur de tout homme par Dieu, l’Éternel, qui nous a créés à son image et à sa ressemblance. 

En réalité, il y a en chacun de nous plus grand que nous, mais depuis le péché d'Adam, nous voulons prendre la place de Dieu voir le supprimer et devenir nous-mêmes créateurs de toutes choses. Notre vocation humaine est ainsi pervertie parce qu'elle est conçue pour plus grand et nos soifs au lieu de nous tourner vers Dieu et les autres, nous tournent vers nous-mêmes.

Jésus connaît parfaitement le cœur de l'homme et sa tendance naturelle à tout centrer sur lui. Mais il a été envoyé dans le monde non pas pour le juger mais le sauver afin que l'homme retrouve la vie en Dieu, dans une relation personnelle et intime avec lui car c'est le chemin qui mène vers le bonheur ici et maintenant comme prémices de ce qui l'attend dans la Jérusalem Céleste.

Ce chemin, emprunté par Jésus lui-même, qui tout Dieu qu'il est, s'est abaissé du rang qui l'égalait à Dieu (cf Ph2, 6) pour se faire homme parmi nous afin que nous ayons la vie en abondance (Jn10, 10). Par une grâce particulière, que nous recevons du Baptême, vivifiée par la Parole de Dieu et les sacrements, nous pouvons emprunter à la suite du Christ le chemin de dépouillement de nous-mêmes proposé dans les Béatitudes. Jésus ne vante pas les bienfaits de la pauvreté, de la faim et des humiliations, il nous dit simplement que c'est un chemin d'appauvrissement de nous-mêmes, d'ébranlement de nos certitudes et peurs à propos de Dieu, de nous-mêmes et des autres qui laisse la puissance de Dieu prendre toute son ampleur en nous. Ainsi, il nous rend capable de nous tourner vers les pauvres, les affamés, les humiliés c'est-à-dire ceux qui sont objets de prédilection de Dieu, en leur apportant sa joie et sa présence car il est le seul à « combler de grâces » une existence.

Les béatitudes nous font entrer dans la confiance et l'abandon à Dieu. En laissant Jésus traverser nos pauvretés, nous pouvons faire cette expérience de l'amour de Dieu qui remplit toute une vie.

                                                        Marie-Paule PARTULA

 



Nos coordonnées


Eglise Sainte Madeleine (centre-ville) - Presbytère

79, rue du Général Leclerc

Eglise Notre-Dame des Noues (Epine Guyon)

2, rue des 4 Fourchettes


95130 FRANCONVILLE

Tel: 01 34 13 62 90 

Fax: 08 97 50 70 12


Maison Saint Jean-Paul II (centre-ville) 

64 Boulevard Maurice Berteaux à Franconville